Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Recherche

Archives

29 septembre 2006 5 29 /09 /septembre /2006 11:58

Année par année, quelques photos de la légende:

Sometimes in the late 50's or early 60's:

(Mark et David jouent ensemble et se chamaillent - déjà!)

(Mark Knopfler, enfant).

1977-1978:

(A l'origine "café racers", les Dire Straits portaient déjà plutôt bien leur nom!)

C'est en 1977 que le groupe des "café racers", fraîchement constitué, se fait les dents dans les pubs de Londres et quelques festivals punks. Conseillés par un ami de se rebaptiser les Dire Straits ("sans un rond"), en référence à leur situation financière de l'époque, ils commencent, avec ce nom à se faire une certaine réputation en jouant des titres composés par Mark Knopfler, guitariste et chanteur du groupe, dans diverses universités de l'angleterre.

En écoutant une émission de radio nommée Honky Tonk, ils décident d'envoyer une maquette à son présentateur Charlie Gillett qui tombe immédiatement sous le charme et diffuse en boucle le titre Sultans of Swing. L'ascenssion est lancée, et plus rien à partir de ce moment m'arrêtera la machine Dire Straits.    

 C'est pourtant en Amérique que le groupe tire tout d'abord son épingle du jeux. Alors qu'ils sont un peu boudé par les radios britanniques qui considèrent que les chansons sont trop longues et ont trop de texte, les Etats-Unis voient en ce nouveau groupe de British un nouveau Led Zep. D'ailleurs le premier album, qui sort en mai 1978, sera la plus grosse vente d'un groupe débutant britannique depuis Led Zep. 

Ayant eu échos de la frénésie déclanchée par le groupe en amérique, les radios du royaume-uni finissent par se dire qu'elles sont peut-être passées à côté d'un phénomène, et mettent la pression pour que le groupe rentre en angleterre le plus vite possible. Mais c'est sans compter l'opiniâtreté de leur manager Ed Bicknell, qui compte bien remercier le public américain avant de rentrer à la maison.

A leur retour sur le vieux continent, la grande bretagne et le reste de l'europe se déchaînent et Dire Straits devient très vite une institution et une reférence musicale. L'écriture de son leader Mark Knopfler y étant bien sûr pour beaucoup, sans parler de ses dons exceptionnels pour la guitare. (Il recevra le prix de meilleur guitariste de l'année en 1979 aux USA)

 

1979:

Après le triomphe du premier album éponyme, le groupe doit transformer l'essai et confirmer. Lourde tâche, quand on sait qu'un second album est généralement attendu au tournant de la critique!

Le deuxième album de Dire Straits, Communiqué, n'échappera pas à la régle et sera assez rapidement jugé trop similaire au précédent . Chose peut être due à la forte parentée existante entre Sultans et le nouveau single Lady writer.

 

 

 

Toutefois, même si les ventes sont à l'arrivée un peu moins conséquentes que celles du premier album, Communiqué reste une assez belle réussite commerciale, et le groupe peut repartir en tournée à travers le monde. A la différence que cette fois-ci ce sont les USA qui les accueillent moins chaleureusement. L'Europe ayant bien rattrappée son retard, elle ne compte plus laisser s'échapper ce groupe dont on dit partout qu'il est le plus américain des groupes de rock, en termes d'écriture bien entendu!  

L'album communiqué en lui-même est un album plus doux et qui transpire le soleil chaud des Bahamas ou il est enregistré. Si les producteurs se sont efforcés de reproduire le son du premier album, il reste que dans la structure, les morceaux sont assez différents de Dire Straits. Les textes présentent une variante fondamentale: ils ne sont plus à la premiière personne du singulier et ne parlent pas tous directement de Mark Knopfler, dont la maman avait dit à la sortie du premier album: "Mon fils, tu as bien vidé ton sac".  

Mark knopfler laisse désormais place à plus de mystère, prend de la distance, et écrit parfois des textes poétiques et métaphoriques  aussi censés dénoncer (once upon a time in the west, angel of mercy, communiqué). Même s'il faut bien l'avouer l'empreinte et la marque de fabrique "Mark Knopfler" sont encore bien présentes. Et comme cet homme aime parler des lieux qui comptent pour lui, on trouve une fois de plus de nombreuses allusions à ses endroits favoris dans portobello belle ou encore single handed sailor. Mark Knopfler, un auteur proche des considérations des gens? sans aucun doute! 

1980:

Après leur deuxième tournée, les Dire Straits accusent le coup et annoncent 6 moins de trêve bien mérités d'ailleurs. Il faut bien se rendre compte que du jour au lendemain, notre petit groupe d'amateurs (composé de Mark Knopfler ex prof d'anglais et journaliste, de son frère David Knopfler et John Illsley, tous deux étudiants en sociologie, et de Pick Withers, jeune musicien rencontré par des connaissances) s'est vu propulsé sur les devant d'une scène infernale à laquelle ils n'avaient pas été préparés! Adulations, interviews par milliers, concerts, voyages, after-shows, remerciements des maisons de disques... une spirale interminable qui aurait rogné les ailes du musicien le plus solide.

Dans ce contexte, les tensions et les raisons de se fâcher sont nombreuses. Dailleurs aux dires du manager Ed Bicknell, le groupe aurait pu explosé plusieurs fois à cette époque.

Un des problèmes majeurs est survenu entre Mark et David, le petit frère ne supportant plus qu'on voit en Mark un véritable Ayatolla. La rupture est bientôt consommée, lorsque David enregistre en cachette et contre l'avis de son frère, des parties de guitare pour le titre romeo and juliet, titre du nouvel album alors en préparation à New York. 

(Qui a dit que Mark Knopfler était pentouflard? A l'époque en tout cas surement pas! Le groupe était doué d'un dynamisme époustouflant).

David, rentré précipitamment en angleterre, il faut pourtant terminer l'album en cours, Making Movies, qui contient entre autres le fantastique tunnel of love, ou encore expresso love, solid rock et skateaway. Mark Knopfler se chargera donc de faire toutes les parties de guitare de l'album! Une fois ce dernier mis en boîte il reste à trouver un remplaçant à David pour la tournée qui se prépare.. C'est chose faite en la personne de Hal Lindes, guitariste beau gosse, originaire de Monterey en Californie et qui avait eu vent des auditions pour Dire Straits. Le courant passe plutôt bien et le groupe se voit rapidement de nouveau au complet, rajoutant même un clavier à ses effectifs: l'excellentissime Alan Clark. Il est alors temps de repatir en tournée!

1981:

Le On Location Tour, fait suite à la sortie de "Making Movies". C'est au cours de cette tournée que des titres comme Telegraph road ou encore private investigations commencent à faire leur apparition.  

(Prêts à entrer en scène. Un cliché rare et spontané de l'avant concert).

 (Sur scène, rien à faire Mark Knopfler est comme un poisson dans l'eau).

Tournée triomphale, le On Location Tour voit les Dire Straits jouer devant des foules considérables: 90 000 personnes à Milan et 85 000 à Turin, ou encore 25 000 personnes dans un stade en Nouvelle Zélande. Et partout la follie Dire Straits fait des ravages, au point que les membres du groupe doivent parfois se déguiser et porter de fausses moustaches pour pouvoir accéder aux stades dans lesquels ils jouent le soir.

1982:

(Mark Knopfler au piano pendant les scéances photos faisant suite à l'enregistrement du 4ème album Love Over Gold).

En 1982, la nouvelle équipe à donc trouvé un nouveau souffle, un nouveau dynamisme sur scène. Néanmoins l'enregistrement de Love Over Gold, un album très (trop?) travaillé (seulement 5 morceaux en tout, et pas un en dessous de 6 minutes), avec des titres élevés au rang de symphonies, comme telegraph road, qui a lui seul dure 14 minutes 15 secondes, ou bien  private investigations, premier single de Dire Straits à être numéro 1 des charts anglais, va mettre les nerfs du groupe à rude épreuve. Bien que sombre dans l'ensemble, album est accueilli avec beaucoup d'enthousiasme, sauf par les radios qui ne trouvent dans ce nouvel opus aucun titre calibré pour les ondes. 

En contre-reaction à la lourde production de cet album Mark Knopfler et Dire Straits décident d'enregistrer un EP intitulé Twisting by the Pool, qu'ils mettent en boîte en 2 jours. C'est un maxi single rock'n'roll qui contient aussi two young lovers, un pastiche de Chuck Berry largement utilisé lors des tournées du groupe, et If I had you, ballade rock au tempo assez enlevé.

Tout cela remet du baume au coeur du best rock'n'roll orchestra de l'époque et à la fin 1982, les voici repartis en tournée pour 8 mois.  

(Dire Straits à l'époque de la sortie de l'album "Love Over Gold", une étape supplémentaire dans leur  conquête du globe).

1983: 

Tout le monde veut les voir, et à la fin de la tournée, c'est à la demande de la famille royale que Dire Straits rentre à Londres pour un concert de charité dans le cadre du Prince's Trust. Assistent donc le Prince de Galles et la Princesse Diana, une fan des Straits de longue date!

Ils en profitent aussi pour jouer deux soirs à l'Hammersmith Odeon de Londres où ils enregistrent leur premier album live, alchemy qui deviendra très vite un classique en live. Cet album ne manque pas de retranscrire sur bande audio mais aussi vidéo, l'énergie du groupe qui signe lors de cette tournée des versions ahurissantes telles que celles de once upon a time in the west, sultans of swing, tunnel of love, telegraph road, going home-theme from local hero, romeo and juliet...   

   

 Voici quelques clichés de cette tournée extraordinaire:

Munich 1983:

(John Illsley et Mark Knopfler jouant sultans of swing).

(c'est à l'époque de la tournée Love Over Gold que Mark Knopfler décide de porter un bandeau sur le front. Cela deviendra l'emblème du groupe, un signe distinctif, indissociable de la personnalité du guitariste).  

(Mark Knopfler et sa schecter, guitare qu'il utilisera pour bien des titres sur scène, entre autres expresso love, sultans, once upon a time in the west...)

(La célèbre National Steel guitare, pendant le fameux romeo and juliet).

(Mark Knopfler interprétant le single de l'époque private investigations).

 (Ci-dessous, Dire Straits lors du dernier concert de la tournée, à l'Hammersmith Odeon de Londres, pendant l'enregistrement d'Alchemy - live).

 

1984:

A cette époque on se dit que Dire Straits a atteind son paroxysme et qu'à ce niveau de popularité et de perfection il n'existe pas d'étape supplémentaire. Tout au plus, reste t-il à maintenir la cadence...

Ca, c'est sans compter le génie hors du commun de Mark Knopfler! En 1984, alors qu'Alchemy est dans tous les bacs et se vend comme des petits pains (ce qui n'est pas chose évidente pour un album live), Mark Knopfler débarque avec neuf titres prêts à être enregistrés, et toute l'équipe décolle pour l'isle de Monserrat où Brothers in Arms va voir le jour. En décembre 1984, l'enregistrement est terminé.

Suite à de nouvelles tensions, cette fois-ci avec Hal Lindes, un peu trop emmoustillé et excité par le succès, on décide de le remplacer par un copain vendeur de guitare de New York, Jack Sonni. On fait également appel à Guy Fletcher comme second clavier (Fletcher qui avait déjà commencé à travailler avec Mark Knopfler sur la B.O de Cal en 1984) et à Chris White au saxophone.

Brothers in Arms est sur le point de devenir, et ceci bien malgré le groupe, un véritable phénomène de société. Il contient de véritables tubes comme money for nothing, walk of life, so far away, brothers in arms ou encore you latest trick

   1985:

1985 est donc pour Dire Straits l'année de tous les records. 1er CD single de l'histoire du CD, 1er album CD à passer le million d'exemplaires, tournée gigantesque, ventes d'albums records (pas loin de 30 millions à ce jour)...

Au royaume-uni, Brothers approche de très près les ventes de Sergent Pepper des Beatles, et devance Pink Floyd et son Dark Side of the Moon.

 Formation 1985:

 

 Juste après la sortie de Brothers in Arms (mai 1985), Dire Straits joue pour 1 milliard de téléspectateurs au Live Aid en juillet. Ce Megaconcert au stade de Wembley regroupant les groupes les plus en vue du moment comme Queen et U2 mais aussi Elton John, Phil Collins ou Eric Clapton.   

(Photos de ce concerts ci-après)

 

Sting est invité sur Money for Nothing pour reproduire les choeurs qu'il chantait déjà sur l'album.

("money for nothing, and your chicks for free"...) 

(Puis Dire Straits poursuit seul une fabuleuse version de sultans of swing). 

Brothers in Arms est au sommet des charts du monde entier et le phénomène Dire Straits pousuit une tournée mondiale triomphale traversant 24 pays et rassemblant près de 3 millions de gens lors des concerts.

Munich 1985:

(Le solo final de Sultans of Swing).

(Mark Knopfler et Chris White en tête à tête sur l'intro de Tunnel of Love). 

(Pendant le break instrumental de Tunnel of Love). 

 (Ailleurs, à un autre coin du monde).

 encore un autre soir...et un autre... et un autre...

1986:

Enfin, la tournée s'achève à Sydney en avril 1986. C'est un Mark Knopfler épuisé, ravagé par les pressions liées à cette grosse machine qu'est devenu Dire Straits qu'on retrouve à cette période. Il ne peut plus voir sa musique en peinture et se plaint de ne plus connaître les gars de l'équipe (roadies, techniciens et chauffeurs), équipe maintenant trop importante à supporter pour ses épaules d'homme non pas surhumain... Il regrette la bonne vieille époque où tout le monde rigolait ensemble entre et pendant les concerts - choses qui étaient dans une certaine mesure encore possible sur la tournée précédente.  

Alors il jette l'éponge et décide de mettre Dire Straits entre parenthèses... mais pour combien de temps? On pense même qu'il en est fini du groupe tant le désespoir  et le dégoût de Mark Knopfler semble profond.

1987-1989:

Les années évasion.

Mark Knopfler n'en a cependant pas encore soupé de la musique. Elle reste sa grande passion. Il entame alors une cure de désintoxication de Dire Straits, nécessaire à son rétablissement.

En 1987-88, Mark Knopfler fait une bonne partie de la tournée d'Eric Clapton en tant que second guitariste. Un duel au sommet du manche. Les voici tous deux lors de leur concert en 1988 au zénith de Paris. Un des concerts américains de cette tournée est sorti en DVD en octobre 2006 sous le nom Eric Clapton, After Midnight

Après un concert phénoménal donné par Dire Straits au Wembley Stadium en juin 1988 pour le 70ème anniversaire de Nelson Mandela, avec comme seconde guitare Eric Clapton, Mark Knopfler annonce officiellement la dissolution du groupe. Une compilation sort à la fin de la même année (en angleterre 450 000 exemplaires sont vendus en 1 semaine - un record! Dans le monde il s'en écoulera pas moins de 14 millions!)

Pour tout le monde désormais il est clair que Dire Straits est de l'histoire ancienne. 

Entre musiques de films (princess bride, last exit to Brooklyn) et collaborations (Willy Deville, Randy Newman...) Mark Knopfler se vide la tête loin du stress des tournées gigantesques. Prochaine étape de son ressourcement, les Notting Hillbillies, un groupe entre copains histoire de ressortir les vieux standards du country Blues. Mark Knopfler composera l'inédit  your own sweet way qui deviendra un classique en simple. L'album quant à lui se classera très bien, se vendant même à plus de 2 millions d'exemplaires!    

(Les Notting Hillbillies) 

Après l'épisode Notting Hillbillies et la tournée qui s'en suit, l'aventure country se poursuit pour Mark Knopfler avec une de ses vieilles idoles, Chet Atkins. Delà, sortira l'album Neck and Neck qui se classera très bien, en particulier dans les classements country, et qui permettra aux ventes de monsieur Chet Atkins d'être multipliées par six! 

(Ci-dessous Mark Knopfler et Chet Atkins)

1990:

La reformation de Dire Straits lors du concert à Knebworth.

 Lors de ce concert évènement Mark Knopfler lance la phrase tant attendue: "nous allons faire un nouvel album", et d'enchaîner avec un titre inédit I think I love you too much. Ils joueront aussi Solid Rock et Money for Nothing avec l'aide d'Eric Clapton.

1991:

La der des ders.

Comme promis Dire Straits revient avec un 6ème album On Every Street, donnant lieu à une autre tournée gigantesque qui aura cette fois raison de Mark knopfler!

La lassitude du guitariste fut telle à la fin de la  tournée Brothers in Arms, qu'on eût peine à croire possible un retour du plus gros vendeur de disques des années 80. 

C'est donc à Dublin, au Point, que Dire Straits entame le On every street tour 1991-1992.Le début de tournée est un véritable feu d'artifice. On y retrouve un Mark Knopfler plein de fougue, qui remue et se déchaîne sur scéne, tapant des pieds, secouant la tête (cf. les concerts de rotterdam et dortmund 1991 en bootleg).

Mais peu à peu, les longueurs de la tournée, les interviews, la pression pèsent lourd, trop lourd sur le désormais assagi leader de Dire Straits. Les 300 dates prévues sont revues à la baisse (230), et la tournée qui devait prendre fin courant 1993, s'achève en octobre 1992. Mark Knopfler, sur les rotules, est au bord du vomissement. Il ne veut plus entendre parler de Dire Straits pendant au moins dix ans.      

Mais qu'elle fut belle cette dernière tournée. Une scène magnifique, des éclairages splendides, des musiciens hors pair. Tout était parfait, peut être trop parfait en fin de compte.

Cette salle qui s'éteint tout à coup, ce rideau frappé de lumières, ces gens qui crient, et soudain le rideau qui se lève et boom, calling elvis bourdonne et les premières notes se fracassent contre les murs des salles, ou bien se perdent dans les hauteurs des stades du monde entier.

2h15 d'une musique variée et un peu plus electrique, voire métallique, qu'à l'habitude. En témoignent des titres comme heavy fuel, planet of new orleans, money for nothing, solid rock, ou encore calling elvis.

Oui mais... Le gigantisme voulu pour cette ultime tournée paraîssait si éloigné de la volonté de Mak Knopfler à chercher l'intimisme dans ces collaborations avec les Notting Hillbillies, Chet Atkins ou encore Randy Newman.

La machine Dire Straits était-elle devenue totalement incontrôlable, au point que notre leader au bandana ne pouvait imposer sa ligne de conduite, ses exigences, ses attentes - aussi simples fussent-elles? Mark Knopfler, homme sans fards ni artifices nourrissait depuis toujours un idéal de route: faire de la musique et rien que de la musique! Discuter avec les potes roadies, les transporteurs, les techniciens... Mais tout cela était désormais impossible, et c'est vraissemblablement là où réside la clef du problème Dire straits.

Néanmoins, se fut une fois de plus une merveilleuse tournée qui rassembla près de 4 millions de spectateurs, ravis, comme moi, du haut de mes 14 ans, d'avoir eu la chance de les voir sur scène! 

 Et l'histoire continue... mais en solo.

 

Liens vers les sites officiels:

www.afmk.net (en français)

www.mark-knopfler-news.co.uk (en anglais)

www.guyfletcher.co.uk (en anglais)

www.johnillsley.com/ (en anglais)

Si vous cherchez  des livres sympas sur l'histoire de Dire Straits, je vous conseille ces deux là: (Profitez en, ils sont parfois difficiles à obtenir, mais disponibles en ce moment!)

 

1/ Voici tout d'abord DIRE STRAITS de Michael Oldfield, chez Albin Michel, 1985.

Ce livre retrace les débuts du groupe jusqu'à la tournée Alchemy et annonce la sortie de Brothers in Arms et l'imminence de la tournée. Vraiment très intéressant!!!  

 

2/ Ensuite, vous pouvez essayer de vous procurer 'DIRE STRAITS' dans la collection "Images du Rock", qui fut publié  en 1993 après la tournée 'On Every Street' et qui fait la part belle aux commentaires du groupe sur l'évolution de la formation, les tournées et les chansons. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by BRUSSET AURELIEN - dans mark knopfler et dire straits
commenter cet article

commentaires

Walkoflife 15/01/2016 02:05

Merci à toi Aurélien pour ce précieux travail de reconstitution historique du groupe Dire Straits dont je suis également fan des chansons et du jeu de guitare légendaire de Knopfler. J'ai toujours apprécié le côté engagé du groupe tout comme Bowie Clapton Collins et bien d'autres.

Goodbye

Franck 02/08/2015 02:26

Bonjour Aurelien,

Bravo pour cet énorme travail que tu as fais concernant l'histoire de Dire Straits en image. Passionnant! J'ai une question à laquelle j'espère que tu pourras répondre car jusqu'à présent, je n'ai jamais trouvé quoi que ce soit sur le net:

saurais-tu quand et comment se sont rencontrés Mark et Eric Clapton la première fois? Et est-ce que tu sais si Mark a déjà rencontré Mick Jaegger, Keith Richards ou Ron Wood des Stones?

Encore merci pour ton énorme travail et au plaisir.
Cordialement.
Franck

Aurélien 02/08/2015 09:39

Bonjour Franck. Merci.
Je pense que le premier contact entre MK et EC a été assez rapide mais via leur management puisque EC a repris SETTING ME UP (Dire Straits,1978) sur son album JUST ONE TIME de 1980. Ensuite, les rencontres ont dû vraiment se faire à l'époque de la tournée LOVE OVER GOLD de Dire Straits, lorsque Clapton passait voir le groupe en backstage après certains concerts.
Concernant Mick Jagger, il y a eu rencontre oui, puisqu'il existe au moins une photo sur internet de Jagger, Bowie et Mark Knopfler sur scène au Wembley Arena en 1986 pour le Prince's Trust, si je ne me trompe pas.
Mark Knopfler est très ami avec Bill Wyman des Stones et a joué avec lui plusieurs fois, et avec Ron Woods au moins lors du concert "hommage au roi du rock'n'roll", Live at Abbey Road (voir DVD, Tf1 video 2005).
Enfin, Keith Richard était présent dans le public (avec Bob Dylan notamment) pour le premier concert de Dire Straits à Los Angeles au Roxy en 1979.
A bientôt.

Jo 22/07/2010 10:53



merci pour tout ca !!! c'est génial je suis une grande fan !!!! merci beaucoup



delaigue 02/01/2010 14:38


bjr g visiter ton site sur dire straits et mark knopfler trop super j adore ce groupe g toute la biographie complete entrer dans cet univers de la guitare avec mark knopfler c est trop bien seb du
54300


michel 05/08/2008 11:57

Bonjour Aurélien,Je viens via l'excellent site Deezer de découvrir le talentueux Mark Knopfler et j'ai été conquis par son talent c'est vraiment un vrai régal.Je vous adresse toutes mes félicitations pour la qualité du travail et les informations concernant Knopfler et Dire Straits Vous avez réalisé un site "Passionnant pour Passionnés "Mes remerciements .

BRUSSET AURELIEN 06/08/2008 08:14


C'est très gentil de votre part.
Merci à vous de vos passages.
Amitiés